Forj, tertout ao riguedaod !

Forj coure les riguedaods1 depés 2014. Permier, sti-la n’taet ren q’un treizot2 o le chantou Clément Le Goff, Kenan Guernalec e sa flleûte de bihoué e le ghitarou Alan Vallée. Yan meins dame, o la nouvielle galette-la, « Forj » q’ole a nom etout, nen vaye ben qe les sonous ont v’lû amonter un rolon de pus. Permier le treizot a pâssë jâze3 séztet o Loumi Seveno a la derouine, Hubert Fardel a la ghitare basse e la conterbasse e le Marcus Camus ao tambourinaïje. E tous les siens-la s’entr-animent vra ben, ma fai !

En pus d’ela, le jâze a chouézi de chanter en galo a sour fin qe “d’aler diq’ao bout de la chemineriy qhultura” qi les mene. O des texes de Bèrtran Obrée, Forj met notr parlement ao haot bout. Pari qe, cant qe j’arons le dret terjou, je serons benézes d’aler danser des danses de céz nous su du galo pour eune faï e point su du françaez ! Les texes des chansons coutumieres de Haote-Bertègn sont, la plleuralitë d’entr yelles terjou, en françaez e point en galo, ‘la chomaet a fere qe de n-n’ecri den notr parlement, pari ? Vene-la l’afere fete e Forj rencontre ben s’n afere4 justenément. Vra vra ben ! ‘la va saqer la bride avant qe d’aler pouair danser den les riguedaods de par céz nous meins, a-vû coment qe se tourne le cours de ma5 du coronabourier !

Des artists come Forj sont ben mâris o la barre q’ét minze su les sales d’espectacls, come de just e de ben entendû, yeûs-ci avaent d’aler soner un p’tit partout lous avant-deûz de Bâzouj, lous kerouézés, lous mazurka, lou ronds paludiérs, ronds de Saint-Vincent e je sës-ti mai… Ren qe du meta de Haote-Bertègn don (e de toute la Haote-Bertègn !) e du debagoulë den notr parlement ! (maogrë un coupl de chansons en françaez su la galette) q’araent pu oui des italiens, des françaez e d’aotrs horvenus de méme. Meins dame o la monveze pâsséy d’astoure, les Ferrons6 sont restë céz yeûs, « a la tierre ». ‘La n’empôze point qe vous pouéz ajèter lou galette e danser céz vous parai come qe si v’étiéz den eune pileriy de pllace de d’aotrfaï.

O Forj, le galo a un nouviao jâze de sonous pour mettr en adorçion notr parlement. Aprés Bèrtran Obrée, TAN e Beat Bouet Trio, vene-la Forj qi mettra le monde a danser, danse qi n’danse, ao son de la goule e du galo. Maoçion ! J’avions don ben afere d’un jâze de méme ! Le galo s’erchome e s’erchomera etout o la qhulture, le chant, les artists, les ecrivous qi mettront notr parlement ao haot-bout !

Vene-la pourqhi qe ‘la chome a fere d’erdoner ao monde-la le dret de fere lou metier. Les artists sont a piler du gheu e a greûssi de la téte céz yeûs tant qe j’arons si tant afere de lou talent. A caoze qe, o la monveze pâsséy-la, nen s’avize ben comben qe le lian socia e la qhulture sont consecants pour le monde. L’ome ét eune anima socia, il a ‘la pour li7, l’empôzer de vaer, de biter le monde e d’afourer son esprit ét le condaner a maofiner8.

J’etions en je n’sës pour c’qe n-i a du virtua. Alaet-ti touer, aboli toute meniere de vie socia ? J’arions-ti eune vie socia ren qe virtua en pllace qe de marcher den les vaes9, d’aler ao cafë e d’encontrer du vra monde ? Aprés bétot eune anée de temp a se bonjourer o le coûde, a fere des apéros Zoom e a danser tout sou come des bobias den s’n ôtë, m’atens ben qe j’ons notr reponse…

Fabien Lécuyer

1Festoù-Noz

2Triad

3Strollad seniñ gant taboulinnoù

4A za a-benn ag e daol

5An epidemiezh

6Ar c’hoved

7E natur eo

8Mont da neuz

9Straedoù

Ur pennad embannet en niverenn 816 (koumanantiñ : amañ)

Da lenn

Spesiadur

Da lenn ivez