Gréle

Pour continuer su de cai qe les Haot-Bertons ement ben fére, més y’a pâs qe nous aotrs, c’ét fére des farces.

Tout le monde se rapele core de la mi-caréme. On envayet des bobias atendr une bracée d’avaine sou le bra qe les chevaos pâssent.

De méme on envayet des garçâilles ajeter de la graine d’ôzier a la farmacerie ou ben aler cri céz les vaizins la corde a detourner le vent, ou ben on les envaye biner du treufl, grefer d’s orties e je ses-ti core…

Le dernier jou de l’anée ao pus tard avant menet on demandet a un pâtou de touzer des vaches entr les cônes pour q’i ne moucheraent pâs de l’anée. L’efet ne tet pâs long…

Y’avet etout la chace ao touèr. On dizet touèr ou touaod ou core touar dan le païz de Rëne (e dan le haot de la Mayenne etout). La béte-la a nom le gobion ou le goubion dan les Côtes-d’Armor galézes. Dan le Morbihan galo on li done le nom de houbiou ou de sabun. Dan le haot de la Louere-Atlantiqe on caoze de darin ou de tarin. Pour fére la chace ao touèr on sortet la net, on envayet un gâ, begaod, prendr eune poche e esperer par eune sente de lieuvr qe la béte pâsseret. Durant le temp-la les aotrs postaent la béte en huchant e tapant dan les broussées par la. Pés i se n’n alaent san ren dire, sans fére de brut, durant qe le pôvr baegoule restet la ben engheûzë, pitouz… En montagne il l’apelent le dahu. D’eyou qe vienent les noms-la ? Inventës, come la béte.

Y’avet core eune aotr farce fète ben des fais dan les fermes, ça tet de gréler les rats. Le vâlet demandet ao pâtou : « Tiens, anet j’alons gréler les rats. Je vâs monter dan le guernier. Y’a pllein de rats. Je vâs les chafourer e pés i vont saoter par le jerbiere. Tu n’arâs q’a les receper o ta gréle. ». Le vâlet montet, ragalet, menet du brut, huchet durant qe le pâtou tet restë a bâs ao pië de la jerbiere la gréle dan les mains. Ao moment qe le vâlet dizet : « Les vla ! » i jetet par la jerbiere eune saillée d’iao dan la goule du pâtou ! Fllac ! Ghenë come une cane…

Gréler ? Je vâs vous esplliqer. Eune gréle c’ét eune grille ronde és mâilles serrées, ça tet pour gréler le grain, pour separti a la main le grain du coçon. Y’avet etout eune gréle dan tous les taras, les ventouers, méme céz les fermiers grélës -grélë ça vieût dire « qi n’a pâs grand-cai, pôvr »-.

Les pouetevins dizent de méme, la gréle, les Bertonants dizent yeûs grell. I n’n a qi dizent eune guerle ventiés ben pour *grele par terchaosserie de lettr, surtout prés du Bâs-Maine e de l’Anjou eyou q’i dizent guerle etout. Y’aret-i zû le pouéz de la gréle qe j’apelons core des martiaos qi nous chayent su le dôs ? Entr *grele e gréle y’a ren q’un axent. A savair qe par endret i n’n a qi dizent un crubl ou un ridè perchain de l’anglléz riddle.

Més d’eyou qe vient le mot gréle ? D’aprés Glaode Bourè, fin conéssou du galo, ça vienret du latin cratis qi vlet dire « grille », en passant par son derivë de su le tard *cratella pés *gratella, pés c’ét devenu *graelle, pés astoure gréle.

Pour terouer de cai de méme, a falu se farci des paijes e des paijes de livrs e les pâsser toutes ao crubl. C’ét pâs eune farce. A tatôt !

Régis Auffray

UR PENNAD embannet EN NIVERENN 815 (koumanantiñ : amañ)

Da lenn

Spesiadur

Da lenn ivez