Hervé Riel

Setu ur Breizhad gwelet evel un haroz e bro-Saoz ha chomet dismeganset
gant ar C’hallaoued, daoust dezhañ da vezañ skoazellet anezho en un doare spletus en eneb d’ar Saozon just awalc’h. Perak ?


Je som en 1692. A temp-la, ét Louis XIV le roê e lez Françaez e lez Angllaez sont
pailh-a-pailh1. C’ét hardi sus la maer, come de just, qe lour gherre, ol se jeue. De son
côtae, Louis XIV ét en decide de mettr lez piets en Anglleterre. Ren qe ça ! Maez n’ét pas
Gllaome le Conqheytouz li qi veut. Il contaet sus 70 batiaos, maez y a zeù du tardement a
s’apreyter e il veut pas esperer qe tout seije preyt. Le 29 du mais dez moês2, il a ûne
fllotey de 44 batiaos qi s’en vont devers la Houge pour embarqer toute la tropeley
d’envaïçouz. Ver, maez lez Angllaez sont a venir a lour encontr od 88 batiaos. Lez
Françaez vont lez ataqer paraelh, maez il vont ben vair vitement q’il sont pas de force
asset e pus qhession d’aler de l’aotr côtae du Chanèo.
Il vont gaegner de la neit pour s’égalher e se saover. La fllotey angllaeze, od lez
Holandaez a lour eïder, ét aprés lourz haenes3. Lez Françaez od Tourvile a lez
comander chonjent den St-Malo pour gaegner le haot4.
Pour ben faere, faot passer par le raz Bllanchard. Sti-ci ét yûne dez endreits qe le
courant d’iao ét dez pus forts. En pus d’ella, lez pllatiers5 sont haots asset e faot pas ûne
marey trop basse pour pas rester encreyae6. E peis, entr lez rochiers, c’ét pas tant de
pllace qe ça pour passer.
‘ét don dez pus gandilheuz7 de passer par ilae. Panetié, q’ét a comander lez 29
batiaos partis deves la soulaere, ét en je-ne-sae8. ‘ét ilae qe Hervé Riel va jouer sa boule
(e yelle ez Françaez). Il conaet la passey. Orinae de Porni, il ét amoêrdae9 de veilhe date
sus la maer. Il faet le peychouz, li, pas le gherrier, e il a étae engaijae de force caziment.
Maez il ét come lez aotrs, il a pas enviy ghere netou qe lez Angllaez li chaeyent sus le
paletaot. Il va se propozer pour mener toute la fllotey travers la passey-ilae. Panetié ét
d’assent, q’a pas trop a rester en je-ne-sae. Riel engaije son batèo e lez aotrs a suedr den
la passey. Il passeront tertous. Lez Angllaez sont pas yeùz pour suedr, trop risqant pour
yeùz. Il vont cercher le tourn pus fort vers galerne, maez il vont faere q’uzer le sourai10
e lâcher le morcèo den le coup. La fllotey françaeze ét bel e ben saovey e peut rentrer
den le port de St-Mâlo tranqhilement.
L’istoêre ét racontey d’un aotr tourn etou q’ét a rentrer den le port de Saent-Mâlo
qe Riel a seù jouer de façon a faere rentrer lez batiaos entr lez rochiers aloure qe ça taet
basse iao. De cai qe nen pouraet ventiers mieuz se mettr e faot pas oublir qe Riel taet un
marin berton e qe le port de Saent-Mâlo, ça qi le conaessaet de dait11 tout coume.
Yûne come l’aotr sont creyabls n’iporte coment.
Ûne fais den St-Mâlo, il ét demandae a Riel qhi q’il veut pour la peine de lez avair
saovae. Sti-ci demandit pas ren d’aotr qe de pouair aler vair sa bourjoêze, étant qe son
ôtae12 taet la-peis. ‘ét de cai q’il fit don aloure e il eùt ren d’aotr netou13.
Sement, de l’afaere, le cai qe je savom ét tirae d’ûne poieteriy d’un poiete angllaez,
Robert Browning, qi l’ecrivit en 1871, deuz-cents ans aprés bentôt. De cai qi faet dire a
maent’yuns qe l’istoêre-la, ol ét q’invencion. Pâmaenz, Browning ét pas de yeuz qi vont
dire dez lanlaeres. Ben sur, il faet deuz trompes den sa poieteriy, yûne sus le nom de
l’amiral e l’aotr sus le nom du batèo. Maez le restant ét tout acertaenae14. Sement, y a
pas zeù de mencion d’aotr a nulendreit de Hervé Riel, pas pus fort cez lez Angllaez qe cez
lez Françaez. L’istoêre-ilae sort-ti du runje15 a Browning ?
Hervé Riel, pâmaenz, y a ben zeù de li. Il denaqhit16 ao Croêzi le 12 d’avrilh 1654
e defuntit le 29 d’otobr 1729. Ella, Browning a pas peù l’inventer. Ûne estatue fut
élijey17 pour li en 1910 den sa comûne de naessance.


Patrik Deriano


E brezhoneg :
1 bec’h zo etrezo
2 miz mae
3 war o lerc’h
4 bezañ salvet
5 bazinier
6 dalc’het
7 risklus
8 etre daou
9 boaziet
10 koll o amzer
11 dre ret
12 ti
13 kennebeut
14 diazezet
15 spered
16 zo bet ganet
17 savet

UR PENNAD embannet EN NIVERENN 814 (koumanantiñ : amañ)

Da lenn

Spesiadur

Da lenn ivez