Passay

Un vilaïje de pechous és ebords de Grand-Lieu

Depés des anéys qe je sës den la mouvance bertone, j’ë mai pâs jameins oui conter de Grand-Lieu. Le leû1 du Payiz de Retz ét pâs-meins eune massacr de piece d’iao o ses 37 km² a la basse-sezon e ses 65km² a la haote-sezon. A l’ivè ét le pus grand leu de plleine de l’Etat françaez, pâs. Es ebords du leû-la n-i a un vilaïje, q’ét eune tréve de la qemune de la Chevrolere en constibi2 : Passay q’il a nom. E les siens qi restent a Passay s’ahuchent les Passis.

Les Passis-la taent d’aotr-faï des pechous. Des pechous de païssons su Grand-Lieu. Il avaent des « pllates » ou ben des « yoles » qi metaent a s’emouver o des pigouilles e il alaent pecher les païssons d’iao douce o lous « trailles », lous « sennes » e lous « loues »3. Du temp-la i taent des cents a pecher de méme. O ben du deu qheuqes faïs, le monde-la pilaent du gheu e le fermier du leû fezaet tarvâiller les Passis a raide de cô pour traez pataches4. Pour se depouézoner du monvaez bonome-la les pechous detelite durant 23 jous de temp en 1907. ‘La taet ben la permiere faï qi metaent a bâs de méme. O les sindicalists du payiz naontaez e qheuqes gazettes « roujes » a l’s aïder, les pechous gâgnite e le fermier fût echampi5. Le marqhis de Juigné qi taet, li, métr du leû du temp-la fadit e la viveriy des pechous s’embonit6 un p’tit dede ‘la.

Meins, l’istouere de Grand-Lieu e des Passis ét ben d’aotr qe la pâsséy-la : la peche, la chasse, le païssons, les ghernettes qe les Passis pechaent e vendaent etout a Naonte ou ben pus lein core. E le vilaïje de Passay o ses familles, ses faos-noms qe le monde avaent si tant qi taent prés parents o les memes noms de famille. E le galo de Passay o ses menieres de dire a lu, mâtinë de pouétevin un p’tit ben sûr.

Passay taet eune meniere de Douarnenez du Payiz de Retz e ét core anet de méme biao qe n-i a pus de pechous aotant. Admézë i n-n’a pus qe sete a pecher su Grand-Lieu. I pechent des anghiles, des pimpeniaos e qheuqes païssons bllancs core pour les ôtelles7 du Payiz de Naonte q’abiènent le beûre bllanc.

Toute l’istouere de Passay e des Passis ét contéy den le livr « A Grand-Lieu, un village de pêcheurs. Passay se raconte » (Bannissou : « centre d’histoire du travail » de Naonte) qi s’orine d’eune gazette q’avaet nom « Paroles de Passis ». Deden il ét contance de siens qi ne qenessaent ren qe le galo, il ét contance de berton etout a caoze qe yun des pechous avaet « Layoute » come fao-nom e i n’savaet point pourqhi. Eune berzonète a pâsser pa’la yi esplliqit qe ‘la s’orinaet de « La Youde » (ar yod) en berton. Ét-ti vra ? Ét de cai q’i crayaet li terjou !

E, en sour qe tout, le livr-la conte de la faillit viveriy des Passis, des pechous e de lous bourjouézes qi n-n’ont zû de la penelle tant q’amene, e ben des aheurs o les omes a se nayer8 meins q’emaent tout come ben lou viy e lou metier. A se pourmener su Grand-Lieu, i taent librs, ao delivr. I taent des omes den le mitan de la nature e, biao qe de piler du gheu, il araent point v’lu fere eune aotr metier.

A Passay, admézë, n-i a eune ecomuzë su la viy d’aotr-faï. Si qe v’léz decouvri eune aotr Bertègn, v’éz qe d’aler fere eune muzéy den le vilaïje-la, és ebords de Grand-Leû, notr mè du dedans a nous-aotrs bertons !

Fabien Lecuyer

Ur pennad da selaou amañ.

Geriaoueg : 1Lenn / 2E gwirionez / 3Rouadedoù a bep seurt / 4Evit ur blank / 5A zo bet roet e sac’h / 6A voe gwelloc’h / 7Pretioù / 8En em veuziñ

UR PENNAD EMBANNET EN NIVERENN 819 (KOUMANANTIÑ : AMAÑ)

Da lenn

Spesiadur

Da lenn ivez